Les employés de l’Art Institute of Chicago tentent de se syndiquer, affirmant qu’ils sont surchargés de travail et sous-payés

16
0

Les employés de l’Art Institute of Chicago ont annoncé leur intention de former un syndicat. Oorganisateurs partagé un lettre publique hier, citant des inquiétudes concernant les salaires et les charges de travail, qui ont été aggravés par la pandémie.

Près de 200 cents employés ont été mis en congé ou licenciés pendant la crise sanitaire, selon la lettre. Ceux qui sont restés, quant à eux, se sont vu confier des responsabilités accrues.

« Le musée fonctionne actuellement sur un système de hiérarchie et de prise de décision opaque qui sape ses objectifs et valeurs déclarés », lit-on dans la lettre, signée par 60 employés du musée. « Nous pensons qu’il ne peut y avoir d’équité sans partage du pouvoir. »

L’été dernier, 51 travailleurs ont été licenciés et, en janvier, 100 autres ont été temporairement mis en congé, a déclaré à DesignTour News un porte-parole du musée. Depuis, tout le personnel en congé a été réintégré. « Nous avons fourni à tous les employés qui ont été licenciés l’été dernier une indemnité de départ et avons payé tous les avantages sociaux de tous les employés en congé pour la durée du congé », a ajouté le porte-parole.

Voir ce post sur Instagram

Un post partagé par Art Inst Chgo Workers United (@aic_wu)

Cette décision fait suite aux efforts de syndicalisation de plusieurs grandes institutions artistiques ces dernières années, notamment au Guggenheim, au New Museum et au Whitney Museum. En cas de succès, l’union de l’Art Institute of Chicago serait la première en 142 ans d’histoire du musée.

Parmi les objectifs du groupe, qui opère sous le nom de Art Institute of Chicago Workers United, figurent de meilleurs salaires et avantages sociaux, un lieu de travail sans harcèlement et la transparence en matière de rémunération et d’avancement. Ils prévoient de s’affilier au Conseil 31 de la Fédération américaine des employés des États, des comtés et des municipalités, le plus grand syndicat du pays, et espèrent représenter environ 330 des quelque 500 employés du musée dans l’unité de négociation, selon le Heure du soleil de Chicago.

La lettre a également appelé l’Art Institute à respecter l’effort de syndicalisation des travailleurs. « Nous exhortons les hauts dirigeants à honorer notre droit légal d’organiser un syndicat sans subir d’intimidation ou de coercition », peut-on lire. « Nous demandons à la direction de ne pas gaspiller de ressources en diffusant de la propagande antisyndicale, en embauchant des avocats antisyndicaux ou en organisant des réunions antisyndicales obligatoires. »

Si une majorité de travailleurs signent des cartes de soutien syndical, le groupe demandera au musée de reconnaître volontairement le syndicat. Si ce n’est pas le cas, les employés demanderont au Conseil national des relations de travail un vote officiel pour établir le syndicat.

« Nous avons un engagement de longue date et des antécédents de travail en collaboration et de résolution des problèmes importants pour nos employés, notamment l’équité, les salaires et d’autres préoccupations », a déclaré le porte-parole du musée. « Bien que nous reconnaissions et aidions les employés à décider de se syndiquer ou non, notre préférence est de continuer à travailler avec et à traiter notre personnel comme la personne unique qu’ils sont et à répondre directement à leurs préoccupations, sans la présence d’un syndicat. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici